vendredi 26 juillet 2013

Le Locotracteur n°1 du Tramway des Deux-Sèvres

   Pour réduire ses coûts face à la concurrence automobile, la Compagnie du Tramways des Deux-Sèvres envisage de remplacer dans les années 30 ces locomotives à vapeur par des engins diesel. A partir du train de roues et de l'embiellage de la locomotive à vapeur Blanc-Misseron n°16, la firme Brissonneau et Lotz construit en 1936 un locotracteur équipé d'un moteur diesel de 240ch, d'une génératrice et d'un moteur électrique. Ce locotracteur assure principalement le service des marchandises entre Parthenay et Melle, il restera l'unique exemplaire de ce type ( sur cinq prévus initialement ), servant en quelque sorte de prototype au constructeur pour d'autres locotracteurs diesel-électriques à voie métrique. A la fermeture du réseau, ce locotracteur fut racheté par les usines de Melle, puis à partir de 1975 préservé par un collectionneur. Revendu au Musée des Tramways à vapeur et des chemins de fer secondaires en 1996, il a été remis en état de marche.



Caractéristiques du Locotracteur
Longueur 7,45 m
Largeur 2,20 m
Hauteur 3,44 m
Empattement 2,20 m
Masse 22 t

Quelques mots sur le Tramway des Deux-Sèvres

   Le réseau de tramway des Deux-Sèvres était un réseau de chemins de fer secondaire à voie métrique exploité sur le département des Deux-Sèvres. Toutes ces lignes fermèrent à la fin des années 1930, exceptée la ligne Parthenay - Saint Laurs, qui ferma au début des années 1950. Les locomotives à vapeur utilisées sur le réseau étaient fournies par la firme ANF Blanc-Misseron de type 030 avec deux postes de conduite et à toiture continue.


mardi 16 juillet 2013

Le TGV 001

   Au début des année 1970, l'un des objectifs de la SNCF est d'atteindre des vitesses comprises entre 250 et 300 km/h sur un réseau de lignes à grande vitesse. Dans ce but elle commande en juillet 1969 à Alsthom un turbotrain expérimental à grande vitesse, le TGV 001.


Prototype du turbotrain TGV 001 avec son " nez " aérodynamique

   Le TGV 001 est une rame entièrement articulée, les caisses adjacentes reposant sur un bogie commun. Cette disposition lui donne une grande stabilité réduisant ainsi le roulis dans les courbes. Il est constitué de deux motrices encadrant trois remorques. Chaque motrice est équipée de deux turbines à gaz entrainant un alternateur fournissant l’énergie aux moteurs électriques qui équipent chaque essieu. Ce prototype est principalement destiné à un vaste programme de recherches portant sur la stabilité, le freinage, l'aérodynamisme et la signalisation.

Le TGV 001 dans sa livrée orange ( couleur en vogue à l’époque )

   En avril 1972, le TGV 001 débute des essais sur les voies de la plaine d'Alsace, où il roule à la vitesse de 240 km/h entre Strasbourg et Bollwiller. La rame part ensuite sur la ligne des Landes entre Bordeaux et Dax pour y effectuer des essais d'endurance où elle va parcourir plus de 200.000 kilomètres à des vitesses supérieures à 250 km/h. En aout 1972, la vitesse maximale de 307km/h est atteinte, puis 318 km/h le 8 décembre 1972, nouveau record mondial de vitesse en traction thermique !

   Après avoir parcouru plus de 450.000 km en un peu plus de 6 ans, le TGV 001 est mis à la retraite en juin 1978. Les fructueux essais effectués sur ce prototype se révéleront d'une très grande utilité pour la conception des futures rames à grande vitesse, qui seront finalement à traction électrique. Sa conception technique ( à l'exception de la motorisation ) et son esthétique avec ses formes aérodynamiques ont été reprises pour les futures rames TGV de série mises en service à partir de 1981.

Une motrice du TGV 001 conservée près de Bischheim


lundi 8 juillet 2013

Tren a las Nubes ( Le Train des Nuages, Argentine )

   Entre la gare de Salta en Argentine et le col Paso Socompa à la frontière Chilienne, une ligne de chemin de fer parcourt la très haute montagne et propose aux voyageurs un spectacle de toute beauté, culminant à 4200 mètres d'altitude.



   Ouvert d'avril à novembre, la locomotive diesel jaune et rouge du " Train de Nuages " tire ses wagons à travers la cordillère des Andes, sur un parcours de 217 kilomètres. Le train emprunte un total de 29 ponts, 21 tunnels et 13 viaducs avec en point d'orgue, un ouvrage monumental de 224 mètres de long, le viaduc de La Polvorilla. Au loin, et du haut de leurs 6000 mètres, les cimes enneigées du Nevado de Cachi couronnent la voie. A cette altitude, la tête tourne facilement et à bord du train, un médecin se tient prêt à intervenir auprès des passagers avec de l’oxygène. Les serveurs proposent quant à eux des feuilles de Coca en infusions.







mercredi 3 juillet 2013

Le Marché Maeklong " Faites Place au Train ! "

   Le marché de Maeklong a la particularité de se tenir le long d’une voie ferrée. Situé à 75 kilomètres de Bangkok, il est aussi appelé  " Talat Rom Hop " ( le  marché des parapluies fermés ). 



   De nombreux touristes viennent observer ce marché typiquement thaïlandais. Ouvert depuis 1984, on y trouve des produits frais allant des fruits et légumes aux poissons et fruits de mer. Il est traversé par une voie ferrée qui est l'une des plus lentes en Thaïlande. Les échanges sont rythmés par les trains qui le traversent quotidiennement. Ils passent 4 fois dans un sens et 4 fois dans l’autre, chaque jour de la semaine, pour rejoindre la gare de Maeklong, le terminus. 

   A chaque signal d’approche du train, les marchands s'empressent de reculer leurs stands montés sur roulettes, la technique est rodée et permet de dégager le chemin de fer très rapidement.

Ci dessous, une vidéo montrant un train traversant le marché.


Une autre vidéo,  plus impressionnante ...