samedi 29 décembre 2012

Les accidents de Chaudière à vapeur





   Accidents plutôt rares, l'explosion de la chaudière d'une locomotive était la plus grande crainte des équipes de conduite aux débuts de la vapeur. 




 

Principe de la machine à vapeur

   Après avoir introduit de l'eau dans un récipient clos et étanche ( la chaudière ), on porte celle-ci à ébullition jusqu'à ce qu'elle produise de la vapeur. Ce principe simple permet en effet de disposer d'une grande puissance de traction. A partir de 1829, on utilise la chaudière tubulaire, comportant à l'intérieur des tubes parcourus par les gaz du foyer. On augmente ainsi la production de vapeur, qui à plus forte pression, permet d'avoir une puissance plus accrue. 

Les accidents

   Le travail du chauffeur sur la locomotive consiste à produire de la vapeur. Pour cela il doit conduire le feu pour disposer d'une quantité de vapeur suffisante. La surveillance du feu et de l'eau est donc primordiale. Les erreurs pouvant provoquer une explosion de la chaudière sont le manque d'eau et l’excès de pression. Si l'eau vient à manquer, la température monte dangereusement, atteignant plusieurs centaines de degrés rapidement. La pression devient si importante qu'elle fragilise le métal de la chaudière,et celle-ci peut littéralement exploser ! 


photo spectaculaire d'une explosion de chaudière à vapeur, on peut y voir les tubes à l'intérieur

mardi 25 décembre 2012

Joyeux Noël

 

 

 

 

 

J'ai le plaisir de vous

 souhaiter 

un joyeux Noël !

 

samedi 22 décembre 2012

Bienvenue sur mon Blog

Bonjour à tous,

Aujourd'hui je lance officiellement ce nouveau blog !
Il prend la suite du précédent ( 9-mm.jimdo.fr )
Vous y trouverez des articles sur le modélisme ferroviaire ( toutes échelles confondues ) ainsi que mes découvertes sur l'histoire des Trains en général. Je mettrai également en ligne les anciens articles provenant de mon ancien site internet, vous pourrez les retrouver dans les archives de ce nouveau blog.
Je vous invite maintenant à (re)découvrir " Sainte-Juliette " mon petit réseau en N, en attendant de vous dévoiler mes futurs projets avec un récent intérêt pour le HO à voie étroite ( le HOe )

Je vous souhaite de bonnes lectures.

mercredi 12 décembre 2012

La fin des Petits Gris

   Le 31 décembre 2012, le dernier « Petit Gris » disparaîtra du réseau de Paris Nord. C’est une page de plus de 40 ans d’histoire ferroviaire de la banlieue Nord qui se tourne. En effet le retrait du service commercial des derniers « Petits Gris » de la ligne H signe la fin de la fameuse série des rames inox Z6100.
Mises en service entre 1965 et 1971, à la suite de prototypes testés dés 1960, ces rames au revêtement gris métallisé bien reconnaissable avaient remplacé des rames aux banquettes de bois tirées par des locomotives à vapeur. Avec leurs lignes extérieures sobres et carénées et leurs banquettes en skaï orange, elles ont représenté un vrai progrès pour le confort des voyageurs et la régularité de l’exploitation ferroviaire. Elles seront remplacées par le nouveau train de l’Île-de-France dont 80 exemplaires ont déjà été livrés depuis décembre 2009. Ce dernier remplacera d’ici fin 2016 tous les « Petits Gris » du réseau Transilien.


Une rame Z 6100 entre Creil et Pontoise


   Les trois dernières rames « Z 6100 » qui seront garées le 31 décembre au soir avaient été mises en service en 1970 et 1971 et auront parcouru 3,7 millions de kilomètres chacune. Par sécurité, quelques rames seront conservées jusque fin janvier en trains de réserve pour pallier d’éventuels manques de matériels, avant d’être envoyées en province comme leurs sœurs pour être déséquipées et préparées pour le ferraillage.
La disparition des dernières rames inox de Paris Nord signera également la fermeture du dépôt de la Chapelle (Paris 18e) où elles étaient entretenues, un site mythique de l’histoire française des trains à vapeur.

vendredi 7 décembre 2012

Première vidéo du Blog

Voici mon premier montage vidéo. J'ai pris beaucoup de plaisir à le préparer et cela me donne l'envie d'en faire d'autres ! ... Bon visionnage.









mardi 4 décembre 2012

Le Nouveau Panoramique des Dômes

   Le samedi 26 mai 2012, avait lieu l'ouverture du nouveau chemin de fer à crémaillère du Puy de Dôme. Cette ligne à voie métrique d'une longueur de 5,3 km relie en 15 minutes environ le sommet du Puy de Dôme ( à 1.465 mètres ) depuis la gare de départ.Le service est assuré par quatre automotrices articulées du type GTW2/6 STADLER d'une capacité de 200 places dont 112 assises. La totalité du parcours est électrifiée en 1500V continu et la crémaillère est de type Strub. 

image http://www.panoramiquedesdomes.fr
   
   Néanmoins, cet événement a été perturbé en fin d'après midi par un violent orage de grêles qui a bloqué les voyageurs au sommet après l’inondation de la gare de départ. Des dégâts sont à noter également sur la voie. Vers 20h, les dernières personnes avaient été évacuées. 



   Cette inauguration est en fait une renaissance,car il existait autrefois une liaison à crémaillère qui reliait la place Lamartine de Clermont-Ferrand au sommet du Puy de Dôme. D'une longueur de 15 km environ, le trajet montait à une platteforme près du sommet,soit 1000 mètres plus haut que son point de départ sur des rampes à 13 % !  Ouvert au public début juillet 1907, ce parcours fut fermé à l'automne 1925, pour cause de non rentabilité.


   
   A cette époque,le parc était surtout composé de locomotives à vapeur du type 030T, de voitures fermées ainsi que de voitures balladeuses. Tout le matériel était équipé du système Hanscotte
( système d'adhérence par rail central adapté aux fortes rampes ). 


samedi 1 décembre 2012

L'Y 50102 manœuvre à Sainte-Juliette

L'Y 50102 manœuvre à Sainte-Juliette
  
   Un nouveau locotracteur fait son apparition sur le réseau. Il s'agit d'un Y 50100. Les Y 50100, sont en fait des ex 030 DB, prises de guerre allemandes attribuées en 1945 à la région Est de la SNCF. Ils disposent d'un moteur thermique Deutz et peuvent atteindre une vitesse maximale de 60 km/h. La transmission est hydraulique et sa masse en service est de 60 t. Les 10 exemplaires présents à l'inventaire SNCF ont permis d'avancer à grands pas dans des essais de mécanisation des manœuvres de wagons. Ces locotracteurs à bielles sont d'une allure massive, très semblable aux Y-DE-20000 fabriqués dernièrement par Hobbytrain. L'exemplaire que j'ai trouvé en occasion est une redécoration plutôt réussie à partir d'un modèle DB de la marque Minitrix. Bien que la mécanique soit de type " ancienne ", avec un imposant moteur et sans prise normalisée pour décodeur, son fonctionnement est très bon. Une digitalisation est prévue si je trouve la place pour caser un décodeur numérique. Il porte l'immatriculation Y 50102.